Cabinet vétérinaire de Maurin à Lattes date_range
chevron_leftToutes les actualités

21 April 2023

Les maladies du chat les plus courantes : guide complet

bookmark_borderChat, Santéeditmelany marchal

Les maladies du chat les plus courantes : guide complet

Lorsque votre chat tombe malade, reconnaître les signes rapidement peut lui sauver la vie.
Parce que nous savons que votre chat est un membre aimé de votre foyer et que vous souhaitez garder votre ami sur pattes en bonne santé durablement, nous avons rédigé pour vous cet article résumant la prévention et les premiers signes des maladies du chat les plus courantes.

Maladies du chat les plus courantes

De nature aventurière, le chat, et plus amplement le chat d'extérieur est exposé à de nombreux pathogènes.
Heureusement, les avancées de la science fournissent un bon nombre de moyen de prévention efficaces pour protéger votre animal au quotidien.


En effet, les maladies les plus courantes s'attrapent lors de contact étroit avec des congénères mais aussi par les parasites (externes et internes).


L'intérêt d'une bonne prévention

Si certaines de ces maladies n'ont pas de traitement spécifique et peuvent engager le pronostic vital de votre félin, une couverture vaccinale et antiparasitaires adaptée peuvent aider à protéger votre chat contre la majorité des risques.


Un examen régulier pour établir un historique de santé peut également aider à diagnostiquer au mieux un trouble de santé.
Cela est d'autant plus important chez les chats vieillissants pour lesquels une consultation senior annuelle est recommandée.

Il est également important de maintenir une alimentation saine, de faire de l'exercice régulièrement afin d'optimiser les défenses immunitaires de votre matou. 


Infections des voies respiratoires supérieures (IVRS)

Les IVRS (infection voies respiratoires supérieures) sont répandues chez les chats, en particulier dans les foyers ou les refuges dans lesquels la densité de population est élevée.
Les chats fatigués, âgés, jeunes ou déjà malades sont plus vulnérables aux IVRS et peuvent développer des complications.


Les IVRS sont causées par une variété d'agents pathogènes, y compris l'herpès virus et le fameux calicivirus.


Les symptômes des IVRS comprennent :


  • éternuements,
  • écoulement nasaux et oculaires,
  • fièvre,
  • perte d'appétit
  • léthargie.


Le traitement comprend généralement des antibiotiques et des anti-inflammatoires.


Prévention

 Les meilleures façons de prévenir les IVRS sont : 


  • vacciner contre les souches possibles (coryza, panleucopénie etc), 
  • gérer le stress félin (le stress est immuno-déprimant), 
  • stériliser (éviter la transmission d'herpès), 
  • bonne hygiène de vie et de l'environnement, 
  • isolement lors de l'introduction d'un nouvel arrivant.

Péritonite infectieuse féline ou PIF

Due à un coronavirus muté, elle fait partie des vices rédhibitoires. 

 (Le délai de suspicion est de 21 jours après réception du chaton).


Elle présente des symptômes tels que :


  • anorexie,
  • gonflement abdominal et thoracique,
  • muqueuses jaunes,
  • diarrhées,
  • atteinte oculaire, hépatique et encéphalale (stade grave).


La péritonite infectieuse féline ou PIF se transmet par contact direct et indirect.

C'est-à dire, via les selles, la litière, un chat contaminé, les caisses de transport ou le textile (sur vos chaussures par exemple).


Le pronostic vital est souvent très engagé.


Prévention

Il n'existe pas de vaccin en France, la prévention repose sur une prévention sanitaire.

Particulièrement importante lors de l'introduction d'un nouveau chat dans un foyer déjà composé de félin ou lors de situation d'élevage :


  • isolement de tout nouvel arrivant pendant 30 jours et test avant l'introduction,
  • isolement des animaux d'élevage qui se déplacent pour saillir.


 Attention lorsque vous envoyez un chat en reproduction chez un tiers.
Il est conseillé de demander un test.
N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire pour les bonnes démarches sanitaires liées à la reproduction.


Virus de la leucémie féline (FeLV)

Ce virus se transmet par contact étroit avec des chats infectés, par exemple en partageant des bols de nourriture et d'eau ou en se toilettant.
Il peut aussi se transmettre par griffures, morsures, contact sexuel mais aussi par voie transplacentaire (mère à petit).


Les symptômes comprennent :


  • perte de poids,
  • perte d'appétit,
  • tumeurs,
  • infections chroniques,
  • anémie,
  • fatigue.


Le FeLV peut également entraîner un cancer et d'autres maladies graves.

Le FeLV est incurable et le traitement est généralement axé sur la gestion des symptômes et la prévention des infections secondaires.
Cependant, la négativation spontanée (guérison) est possible dans environ 1/3 des cas.
Il est donc primordial de prendre en charge sérieusement la maladie.


A ne pas confondre avec le FIV.


Prévention FeLV 


La meilleure façon de prévenir le FeLV est :


  • vaccination,
  • dépistage et isolement des nouveaux arrivants.


Attention lors de l'acquisition, la maladie se transmet de la mère au petit.

Elle fait partie des vices rédhibitoires, si votre chaton déclare la maladie dans les 15 jours, le vendeur est responsable.
Un chat infecté doit vivre en intérieur afin d'éviter de développer d'autres maladies (toxoplasmose, mycoplasme, FIV etc).


Virus de l'immunodéficience féline (FIV)

Le FIV est similaire au VIH chez l'homme et se transmet également par contact étroit avec des chats infectés notamment par griffures, morsures ou contact sexuel.
Pas de panique, il ne se transmet pas à l'homme.


Les symptômes peuvent prendre des années à apparaître et comprennent :


  • syndrome fébrile,
  • perte de poids,
  • perte d'appétit,
  • immunodéficience,
  • ganglions enflés.


Le FIV est une maladie chronique et il n'y a pas de remède.

Le traitement est généralement axé sur la gestion des symptômes et la prévention des infections secondaires.

Il est aussi essentiel de conserver son chat à l'intérieur exclusivement afin de ne pas contaminer ses congénères.


Prévention FIV 


La meilleure façon de prévenir le FIV est la stérilisation.
Votre chat évitera ainsi les contacts sexuels et sera moins susceptible d'entrer en conflit avec des congénères et d'être contaminé par les griffures ou morsures.


Le dépistage d'un nouvel arrivant ou avant saillie permet de prévenir de la maladie.

Un chat contaminé doit être isolé pour ne pas transmettre la maladie aux autres chats ou contracter une maladie opportuniste.


Il n'existe pas de vaccin FIV en France.

Le FIV fait partie des vices rédhibitoires.


Affections parodontales

Les maladies dentaires sont courantes chez les chats.

Souvent causées par une alimentation de mauvaise qualité trop riche en glucides, elles peuvent engendrer de nombreuses complications.


Une atteinte dentaire se reconnaît à :


  • mauvaise haleine,
  • difficultés à manger,
  • douleur à la bouche,
  • perte de dents précoce,
  • excès de tartre à la base de la dent (plaque jaune).


Le traitement implique généralement un nettoyage, un polissage, une extraction de toutes les dents affectées, ainsi que des antibiotiques pour éliminer toute infection.


Prévention

La meilleure façon de prévenir les maladies dentaires consiste à :


  • proposer une alimentation de qualité,
  • brosser les dents ou utiliser un produit d'hygiène dentaire,
  • effectuer régulièrement des contrôles d'hygiène bucco-dentaire.


Les maladies dentaires sont graves, peuvent évoluer en surinfections, provoquer la perte des dents et des troubles cardiaques.


Hyperthyroïdie

L'hyperthyroïdie est un trouble endocrinien courant chez les chats et est causée par une glande thyroïde hyperactive.


Les symptômes comprennent :


  • appétit augmenté,
  • volume d'urine et prise de boisson augmenté,
  • troubles digestifs,
  • hyperactivité et comportement différent.


Les options de traitement comprennent des médicaments pour contrôler les taux d'hormones thyroïdiennes, une intervention chirurgicale pour retirer la glande thyroïde ou un traitement à l'iode radioactif.


Prévention

Il n'existe aucun moyen certain de prévenir l'hyperthyroïdie, mais une détection et un traitement précoces peuvent aider à contrôler la maladie.

Une alimentation équilibrée et le maintien d'un poids sain peuvent également aider à prévenir d'autres maladies.


Atteintes rénales

Les atteintes rénales sont bien trop courantes chez les chats et représentent une cause de décès précoce majeure.
Les troubles rénaux sont particulièrement présents chez les chats de plus de 10 ans.
On considère que 40% des chats senior en sont atteints.

Elles sont causées par divers facteurs, notamment la mauvaise alimentation, le manque d'hydratation, une origine génétique et l'inflammation chronique.


Les symptômes comprennent :


  • perte d'appétit,
  • perte de poids,
  • augmentation de la prise de boisson,
  • volume d'urine important,
  • vomissements.


Les options de traitement comprennent des médicaments pour contrôler les symptômes, des changements de régime et une thérapie liquidienne.

Il est important de noter que chaque cas est différent et que les options de traitement varient en fonction de la maladie spécifique et de la gravité des symptômes.


Prévention

La meilleure façon de prévenir les maladies rénales consiste à proposer à votre chat une alimentation de qualité et de l'eau propre.
Effectuer des contrôles et des dépistages réguliers avec votre vétérinaire permet aussi de prendre rapidement en charge tout problème.
La majorité des troubles rénaux sont dus à une alimentation de supermarché trop riche en minéraux et en ingrédients de mauvaise qualité.

Syndrome urologique Félin (SUF ou syndrome du "chat bouché")

Comme pour les atteintes rénales, le SUF est souvent causé par une alimentation de mauvaise qualité.Le stress est également un facteur de risque.

Les chats stérilisés et en surpoids sont particulièrement exposés aux pathologies de l'appareil urinaire.

Cette atteinte est extrêmement douloureuse et souvent mortelle.

Elle se reconnaît par :

  • abattement,
  • plaintes,
  • douleurs à la miction,
  • nombreux déplacements à a litière sans traces d'urines,
  • sang dans les urines,
  • malpropreté,
  • anorexie,
  • vomissements
  • léchage ano-génitale.

Lors de l'apparition des symptômes, la rapidité d'action détermine le pronostic.
Un chat qui n'arrive plus à uriner est une urgence absolue.
Une prise en charge chirurgicale peut être nécessaire.


Prévention

Pour prévenir des atteintes du bas appareil urinaire, il est recommandé de :


  • proposer une alimentation de qualité adapté (attention aux stérilisés),
  • éviter le surpoids,
  • éviter le stress avec un environnement de vie équilibré,
  • veiller à une bonne hydratation (fontaine à eau etc).

Diabète

Le diabète est une maladie courante chez les chats.Favorisée par le surpoids et l'alimentation de mauvaise qualité.

Le diabète est causé par une carence en insuline, une hormone qui régule la glycémie et peut provoquer divers symptômes, notamment :


  • augmentation de la soif,
  • modification de l'appétit,
  • volume d'urine important,
  • immunodéficience (maladies opportunistes),
  • vomissements,
  • perte de poids,
  • comas (stade avancé).


Le traitement du diabète comprend une insulinothérapie et une gestion diététique pour aider à réguler la glycémie.

Des contrôles réguliers avec votre vétérinaire sont importants pour s'assurer que le traitement est efficace et pour faire les ajustements nécessaires.


Il est intéressant de savoir que le diabète est réversible chez le chat.


Prévention 

La meilleure façon de prévenir le diabète est de maintenir un poids sain, d'avoir une alimentation équilibrée et adaptée à votre chat et de garder actif par le jeu ou l'enrichissement de l'environnement.

Conclusion : maladies du chat les plus courantes

Après cette lecture, vous avez bien compris qu’il est important d’observer tout changement dans le comportement ou l’apparence de votre chat tels que la perte d’appétit, la léthargie, les troubles digestifs, respiratoires ou cutanés.


Vous êtes le plus à même de remarquer un changement chez votre animal de compagnie et de ce fait, de lui sauver la vie.
Il faut éviter "d'attendre que ça passe", parfois la rapidité de prise en charge peut faire une réelle différence et éviter de contaminer les animaux environnants.


Finalement, une alimentation de qualité, une couverture vaccinale et un antiparasitaire adapté sont primordiaux à la bonne santé de votre compagnon sur pattes.


N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire pour connaître les meilleurs soins pour votre chat mais aussi établir le programme de prévention idéal au mode de vie de votre félin. 


Retrouvez également sur ClubVET Shoptout pour prendre soin de votre chat.
La livraison est gratuite.

editPar melany marchal Partager cet article